Selon l'agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail, un rapport de juillet 2016 vient déterminer que selon eux, les enfants par leur spécificités anatomiques et morphologiques, sont plus gravement touchés par les radiofréquences.

Le principe de précaution vient donc s'appliquer, l'Anses préconise de limiter au maximum l'exposition des enfants aux risques de la téléphonie mobile, des babyphones, de la wifi,...

Exposés de plus en plus tôt, les enfants pourraient logiquement subir plus de dommages que leurs aînés, comme par exemple être touché plus rapidement par l'EHS.

L'Anses préconise en clair que les jeunes enfants ne disposent pas de téléphone mobile, ou du moins qu'ils soient exposés le moins possible.

Le gouvernement qui a commandé le rapport a maintenant toutes les données en main pour revoir les niveaux de référence visant à limiter l’exposition environnementale aux champs électromagnétiques radiofréquences afin d’assurer des marges de sécurité suffisamment grandes pour protéger la santé et la sécurité de la population générale, et particulièrement celles des enfants. Il doit aussi, au vu des chiffres, réévaluer la pertinence du débit d’absorption spécifique (DAS) des téléphones.

Le CMO TR25 contribue à limiter les risques en créant une bulle de protection, certains cousent même ce galet CMO ( protection de 5 m² ) dans les doudous des enfants pour leur accorder une protection efficace et permanente.